Mais comment les pyramides d’Égypte ont-elles été construites ? C’est peut-être à cette question, et bien d’autres, que les résultats de la mission « ScamPyramids » vont permettre de répondre. Du 10 décembre au 12 février, le palais des Beaux-arts de Lille consacre d’ailleurs une exposition à cette épopée « artistico-scientifique » inédite à ce jour.

Méthodes non invasives

Non, ce n’est pas une énième exposition sur l’Egypte antique avec son lot de momies et de statues. Même s’il y en a, des momies. Pour l’hôte de « ScanPyramids », Bruno Girveau, directeur du Palais des Beaux-arts, « c’est une nouvelle façon de penser l’archéologie grâce à des méthodes non invasives ». Car il y a encore beaucoup de choses à découvrir autour des majestueux tombeaux des pharaons du plateau de Giza.

L’originalité de cette mission réside dans le fait qu’elle est avant tout interdisciplinaire, mêlant les regards d’artistes à ceux d’ingénieurs. Des techniques de pointe comme la thermographie infrarouge, la photogrammétrie ou la reconstruction en 3D après scanner ont été déployées de concert avec le dessin ou la musique.

Nicolas Godin, musicien et membre du groupe AIR, s’est essayé à reconstituer l’atmosphère acoustique du tombeau du roi Khéops. « Il y a à l’intérieur de cette pyramide une acoustique et une réverbération que je n’ai rencontrées nulle part ailleurs », assure-t-il.

Particules cosmiques

La technique de la radiographie par muons (particules cosmiques qui ont la particularité de pouvoir traverser de grandes épaisseurs) a permis de mettre en évidence la présence de cavités inconnues dans la pyramide de Khéops. Le scanner laser, autre technique non invasive, a rendu possible la modélisation en 3D de quatre tombeaux, dont ceux de Khéops et de Kephren.

La restitution qu’offre le musée lillois d’un an de travail sur le terrain n’est qu’un début, « une première étape », selon Hany Helal, professeur à la faculté du Caire. La directrice honoraire du département des antiquités égyptiennes du Louvre, Guillemette Andreu-Lanoe, reconnaît que, « même s’il n’y a pas eu de découverte majeure, peut-être que ScamPyramids va enfin nous permettre de percer le mystère ancestral de la construction des pyramides ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *