La sonde américaine Cassini a détecté de l’hydrogène dans un panache de vapeur émanant de fissures dans l’épaisse couche de glace d’Encelade, une lune de Saturne, qui ne peut s’expliquer que par des réactions hydrothermales propices à la présence de la vie.

Selon les scientifiques à l’origine de cette découverte rapportée jeudi dans la revue américaine Science, «des réactions hydrothermales entre des roches chaudes et l’océan se trouvant sous la surface gelée de la lune sont la seule source plausible de cet hydrogène».

On Enceladus, @CassiniSaturn detected hydrogen gas pouring into the subsurface ocean from hydrothermal activity on the seafloor

«Bien que nous n’ayons pas détecté la vie, nous avons trouvé une source d’alimentation de la vie», a expliqué Hunter Waite, du Southwest Research Institute à San Antonio (Texas). «C’est un peu comme un magasin de confiseries pour des microbes». Sur Terre, ce processus procure l’énergie aux écosystèmes qui se développent à proximité des cheminées hydrothermales au fond des océans où il y a une activité volcanique.

Les instruments de Cassini ont détecté cet hydrogène moléculaire en 2015, quand la sonde s’est approchée au plus près de la surface d’Encelade –à environ 50 kilomètres– pour traverser un geyser dans la région du pôle sud.

Source: https://www.nasa.gov/press-release/nasa-missions-provide-new-insights-into-ocean-worlds-in-our-solar-system    https://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA21442

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *