L’égyptien Thot en Ireland

Lorsque vous mentionnez Égypte antique et Irlande dans la même phrase, cela se traduit généralement par des roulements d’yeux, des sorties polies et le bruit de murmures parlant de pseudo-histoire et de rumeur New Age.
Du moins, était-ce le cas.

Irlande et Egypte antique

Les découvertes récentes de la recherche ADN se sont ajoutées à des découvertes archéologiques déjà vérifiées pour présenter un scénario qui est maintenant plus difficile à rejeter.

La colline de Tara est l’un des plus anciens sites sacrés de l’Irlande. Il est entouré par de nombreux autres travaux de terrassement et des tombes néolithiques et bien que souvent associé aux Celtes, le site pré-date leur arrivée en Irlande de milliers d’années.

Irlande: la Pierre du Destin

Lia Fáil (la Pierre du Destin) au sommet de la colline Tara, Comté de Meath, Irlande.

Dans la légende, c’est l’endroit où le Tuatha Dé Danann régnaient. Ceux-ci étaient un peuple semblable aux Dieux qui seraient arrivés en Irlande sur des navires mystérieux et qui avaient des pouvoirs magiques.

Irlande: Tuatha De Danan

Une plaque de Dagda, représentant les membres légendaires des Tuatha Dé Danann

Enterrements rituels et os mystérieux

Au cours de fouilles récentes très controversées près de Tara, une histoire est sortie au sujet d’un squelette étrange qui aurait été trouvé par des ouvriers creusant à Lismullin Henge. Certains pensaient que c’était les restes d’un chien, d’autres d’un blaireau. Mais, plus curieux que tout était l’affirmation de certains témoins que les restes étaient, en fait, ceux d’un singe.

Comme l’écrit Con Connor, Archidruide du Celtic Druid Temple d’Irlande: «Pourquoi un tel enterrement rituel sur un site royal provoque-t’il pas une enquête approfondie? »

Dans son travail, A Course of Severe and Arduous Trials, Lynn Brunet écrit que,  » en outre, l’auteur irlandais maçonnique, le juge Penny note que le squelette d’un singe de Barbarie a été trouvé à Tara, le centre mythique de l’Irlande et le siège du Haut Roi.  »

Mais pourquoi y-aurait-il eu ces étranges ossements enterrés à cet endroit? Ces primates ne sont pas indigènes en Irlande et le complexe archéologique entourant Tara remonte à des milliers d’années. Si des os de singe avaient été trouvés à un moment, aurions-nous un précédent pour une telle sépulture dans un autre des lieux sacrés anciens d’Irlande?

En fait, oui. Lors de fouilles à Emain Macha (Navan Fort) dans le comté d’Armagh, le crâne d’un singe de Barbarie a été découvert. Quand on l’a daté au carbone, on a découvert qu’il était vieux d’environ 2500 années. La question pour beaucoup d’archéologues a été de savoir comment il était arrivé en Irlande, mais peut-être une enquête plus intrigante aurait été: chercher à savoir pourquoi.

Le lien Égypte – Irlande

Une des théories les plus controversées quand on en vient aux origines du peuple irlandais est une connexion avec l’Égypte antique. Bien qu’il existe de nombreuses légendes irlandaises reliant Tara à la royauté égyptienne, celles-ci  ont été impossibles à prouver.

Irlande la Butte des Otages

La colline de Tara est un complexe archéologique avec de nombreux monuments antiques, tels que le «Butte des Otages», voir ci-dessus. Dans la tradition, la colline de Tara est connu comme le siège des hauts rois d’Irlande.

Un des exemples les plus intrigants de ces propositions a été la découverte du squelette d’un garçon de 15 ans à La Butte des Otages, près de Tara, par le Dr Sean O Riordan, de Trinity College. La datation au carbone a montré que les restes étaient âgés d’environ 3800 ans. Un collier découvert avec le squelette était fait de perles de faïence et il correspondait à une fabrication égyptienne et était de design similaire.

Scotia, la royauté égyptienne

Il y a aussi la fameuse légende de la reine Scotia, une princesse ou une reine égyptienne, selon la version de la légende que vous lisez, dont on dit qu’elle serait arrivée en Irlande en 1700 avant JC et qu’elle aurait été tuée par les Tuatha Dé Danann lors d’une grande bataille.

Sa tombe présumée est marquée par une pierre géante gravée situé dans le comté de Kerry et son importance a conduit des politiciens locaux à demander à sa préservation.

Irlande: la Reine Scotia

Une représentation du 15ème siècle du voyage de Scotia d’Egypte

Un côté intéressant est que la tombe de Scotia est non loin de l’île de Skellig Michael, le site d’une colonie pré-chrétienne et plus tard d’un monastère.

Selon le Lebor Gabála É Renn (Livre des Invasions) du XI ème siècle, Milesius, un grand chef de l’un des envahisseurs de l’Irlande a perdu deux de ses fils à proximité en 1400 avant JC quand une tempête magique provoquée par les Tuatha Dé Danann a submergé leur navire.

Irlande: Skellig Michael

La majestueuse et isolée Skellig Michael au large des côtes irlandaises

En dépit de ces légendes, jusqu’à récemment, il y avait eu très peu de preuves académiques fortes reliant l’Irlande à la Méditerranée. En décembre 2015, cependant, tout cela a changé.

Résultats novateurs grâce à l’ADN

Les scientifiques du Trinity College de Dublin et de l’Université Queen de Belfast ont publié de nouveaux résultats dans le journal, Proceedings of the National Academy of Sciences. Ce qu’ils ont trouvé est que les anciens Irlandais étaient non seulement liée à une population du sud de l’Europe mais qu’il y avait également une connexion avec le Moyen-Orient.

Avec cette nouvelle connaissance vient une explication alléchante pour le crâne de singe dans l’Irlande antique et qui connecte un lien étymologique inexploré aux Tuatha Dé Danann.

Communément, le sens de cette race mystérieu est Le Peuple de Danu, une déesse-mère de la mythologie irlandaise. Cependant, les premiers enregistrements des Tuatha ne comprennent pas le dernier mot Danann, au lieu de cela ils sont nommés Tuatha Dé ou Tuatha Di. En fait, c’est seulement depuis le 19 ème siècle que l’appelation actuelle de Danu a été largement acceptée par les savants.

Peut-être alors, est-il est temps de réexaminer ce peuple en utilisant les nouvelles informations que nous avons maintenant sur ses racines et, surtout, les dieux qu’il adorait et vénérait.

Thot, dieu égyptien antique souvent dépeint comme un homme à tête d'ibis.

Thot, dieu égyptien antique souvent dépeint comme un homme à tête d’ibis.

Un des dieux égyptiens les plus importants était Thoth, qui sera nommé plus tard Hermes par les Grecs. Thot est un dieu de la lune dont on dit qu’il a apporté la sagesse et l’écriture au monde. Il est souvent représenté et symbolisé par un babouin ou le singe d’Afrique du Nord. Serait-ce l’explication raison des os de singes trouvés sur les sites irlandais?

Représentation de Thot en babouin, vers 1400 avant JC

Représentation de Thot en babouin, vers 1400 avant JC

Encore plus curieuses sont les variantes étymologiques négligés de Thoth; Thoout et Thaut. Quand nous regardons pour des comparaisons phonétiques dans les hiéroglyphes égyptiens, nous trouvons des descriptions très bonnes de l’arrivée Tuatha Dé Danann en Irlande.

Thoout Dai se traduit par  ‘la traversée de Thoth’, Thoout DAt par ‘ voyage de Thoth en bâteau’ et Thoout Da par ‘Tempête de Thoth’ (d’après le Lebor Gabála Érenn, les Tuatha sont arrivés en Irlande « dans des nuages sombres »).

Toutes ces similitudes phonétiques sont en ligne avec les descriptions de ces personnages légendaires et sur la manière dont ils sont arrivés en Irlande.

Thot à tête d'Ibis et un babouin sur un bateau

Thot à tête d’Ibis et un babouin sur un bateau

Un autre facteur expliquant l’omission de ces traductions par des chercheurs au 19 ème siècle est que la pierre de Rosette et le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion a seulement eu lieu dans les années 1820. Les premiers moines chrétiens qui, le premier ont enregistrés ces histoires n’avaient aucune connaissance de ces traductions phonétiques.

En effet, la plupart des spécialistes de la mythologie irlandaise du 19 ème siècle ignoraient probablement le travail de Champollion. La plupart croyaient que Danann venait de la déesse Danu védique.

Lorsque nous enlevons les éléments les plus fantaisistes du mythe et de la tradition il nous reste encore de nombreuses questions sans réponse que les nouvelles preuves scientifiques nous contraignent à nous poser. Certaines des réponses ont déjà renversé l’opinion universitaire précédente et avec chaque percée technologique nous découvrirons de nouveaux moyens de creuser plus loin dans notre passé.

Bien qu’une connexion entre l’Irlande ancienne et l’Egypte était autrefois considérée comme farfelue et hors de la sphère scientifique acceptée, nous avons maintenant plus de raisons que jamais d’examiner ces liens et de nous interroger à nouveau sur les Tuatha Dé ou, éventuellement, la tempête de Thoth.

© David Halpin 2016  ©  https://veritas-europe.com/egypte-irlande/

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *